Cure de revitalisation, en pratique 

La vitalité est au cœur des processus d’élimination, eux mêmes au centre au centre de la santé physique et psychique..

L’organisme est incapable d’éliminer ses toxines s’il n’est pas soutenu pas la vitalité,

Les organes d’élimination tournent effectivement au ralenti s’il n’y pas assez d’énergie,

Il leur manque tout simplement du « jus » pour être opérationnels et assurer les processus de détoxification correctement.

Résultat : le corps s’encrasse plus..

Certains prennent alors du ventre, du gras, de la cellulite, n’arrivent pas ou plus ou pas à maigrir (ou à l’inverse à grossir), ont de plus en plus de douleurs, dorment mal (ou dorment tout le temps), digèrent moins bien, ballonnent,  « performent » moins, perdent leur entrain, deviennent nerveux, perdent leur libido (jamais l’inverse!), se fatiguent pour un rien, se sentent de moins en moins bien, etc.,

Autrement dit, en cas de petite vitalité, l’encrassement organique s’installe et les perturbations organiques et psychiques aussi. (lisez cet article pour mieux comprendre l’importance du drainage)

La solution?

Revitaliser l’organisme, afin de relancer les processus d’élimination et donc le retour de la santé.

Et pour ça, il existe la cure de revitalisation.

Avec l’article d’aujourd’hui, vous allez donc découvrir comment s’organise cette cure (Une cure idéale aussi pour accompagner un sevrage, une dépression, une période de stress, etc., car elle permet de bien remonter l’énergie et ainsi potentialiser les complémentations mises en place pour accompagner ces situations)

Les 3 axes de la cure de revitalisation

La cure de revitalisation s’articule autour de 3 axes…

  1. Un axe alimentaire, qui préconise le régime biologique humain (aussi nommé« hypotoxique»), ainsi qu’une correction des carences en vitamines, minéraux et oligoéléments, acides gras, enzymes, protéines, fibres..
  2. Un axe sportif, où les sédentaires doivent se remettre à bouger et de façon régulière.
  3. Un axe sommeil, où le repos nocturne doit être respecté afin de reprendre sa place de leader de la régénération physique et psychique.

Explorons chacun de ces 3 axes…

alimentation cure de revitalisation

Axe 1 : Une alimentation source d’énergie

Chaque point évoqué dans ce chapitre est largement développé dans ce « Guide alimentaire détox », téléchargeable gratuitement ici

Dans une cure de revitalisation, l’alimentation est d’ordre nutritionnel et est «hypotoxique». C’est-à-dire qu’elle permet de donner au corps ce dont il a besoin pour remplir au mieux ses fonctions (dont celles d’éliminations) et tout en l’encrassant le moins possible…

Rappel : L’alimentation «hypotoxique» d’après Daniel Kieffer (Extrait du livret « Les associations alimentaires », éditions Jouvence 2009)

« Même si l’on nous enseigne que l’homme peut manger de tout, les naturalistes, de même que les vétérinaires, savent qu’à chaque espèce vivante correspond un type d’aliment privilégié. Depuis le 19ème siècle, les grands chercheurs comme Cuvié, Linné, Daubenton, Flourens et beaucoup d’autres jusqu’à Théodore Monod, ont ainsi étudié et confirmé des analogies étonnantes qui existent entre le tube digestif de l’homme et celui des grands singes anthropoïdes. Or ces derniers, dans leur milieu naturel, s’alimentent à 80% de végétaux crus (fruits, légumes, jeunes pousses, bourgeons ou racines tendres) et de 20% de protéines crues (insectes, larves, œufs, oisillons et même fruits de mer quand ils le peuvent). Cette analogie a donné naissance au concept de régime hypotoxique (Marchesseau, Seignalet), et on le retrouve aussi sous l’appellation régime paléolithique ou ancestral… »

En pratique, cette alimentation hypotoxique est composée de :

  • 80% de légumes et de fruits (dont fruits oléagineux : amandes, noisette, noix,..)
  • 20% de produits animaux et sous animaux: poissons, viandes, œufs, coquillages, produits laitiers chèvre ou brebis (selon tolérance individuelle et selon l’avis sur le sujet)

En ce qui concerne les produits laitiers, ainsi que certaines autres substances polémiques (céréales, gluten, café,…), reportez-vous au guide pour plus de détails.

  • La consommation de céréales (blé, riz, etc.) et autres féculents (patate,..) aussi appelés « amidons » est limitée au maximum…

Inconvénients de la consommation d’amidons:

  •  Ils nécessitent une cuisson (élevée) pour être digestes. Cette cuisson leur fait perdre leurs vitamines, leurs minéraux, leurs enzymes, etc. Ils deviennent alors des aliments simplement constitués de molécules de glucose (qui se transforment facilement en graisse). S’ils sont en plus raffinés, ces molécules de glucose créent des secrétions massives d’insuline avec des hypoglycémies réactionnelles 1 à 2 h après leur assimilation. Résultat : l’énergie tombe brusquement et cela incite à (re)manger…
  •  La longueur de leur digestion (6h pour 150g de pâtes ou de pain !) est consommatrice d’énergie, surtout pour ceux qui ont un faible potentiel digestif
  • Lorsqu’ils sont mal digérés, les amidons fermentent dans le tube digestif, ce qui crée des toxines que le corps va réabsorber via la paroi intestinale (= surplus de travail de détox du foie !)
  • Ils sont aussi gros producteurs de colles 
  • Et puis il y a la question du gluten, contenu dans certaines céréales comme le blé.

Avantages de la consommation d’amidons :

  • Leur digestion est longue et produit de la chaleur durant toute sa durée. Ce qui peut être utile quand il fait froid.
  • Ils permettent une mise en réserve de sucre dans le corps sous la forme de glycogène (dans le foie et surtout dans les muscles) qui pourra être libéré durant plusieurs heures. Ce qui peut être utile lors d’activités physiques très soutenues (marathon,…). Précision : pour les activités physiques moins soutenues, les fruits et les fruits secs suffisent.

En ce qui concerne les protéines animales :

  • La viande rouge doit être évitée. La viande blanche est plus adaptée, mais doit tout de même être quantifiée, adaptée aux besoins et aux capacités organiques.
  • Les poissons (surtout «gras» pour la qualité de leurs graisses) et les coquillages sont à privilégier. Mais aussi à quantifier et à adapter.
  • L’œuf (idéal à la coque) est la protéine de référence. C’est la meilleure source de protéines animales.
  • En ce qui concerne les produits laitiers, je vous renvoie encore une fois au guide.

Principaux inconvénients organiques de la consommation de chaires animales (viandes, poissons…)

  • Une consommation excessive n’est pas adaptée au tube digestif humain, elle y provoque des putréfactions à l’origine de nombreux acides (ptomaïne, purine, scatol,…) que le corps va réabsorber via la paroi intestinale (= surplus de travail de détox du foie)
  • Les déchets issus de leur dégradation organique (urée, acide urique) peuvent aussi fatiguer les reins s’ils sont en excès. Et même finir par la formation d’urate pouvant créer entre autre des calculs rénaux, des problèmes osseux, musculaires, etc..
  • A noter que la nuit étant le moment privilégié de la désacidification des tissus, il est préférable de ne pas manger de protéines le soir afin que le foie ne soit pas tenté de traiter les acides alimentaires avant de s’attaquer à ceux des tissus.

Dans ce régime biologique humain :

  • On mange une portion de «cru» à chaque repas (crudités, jus de légumes, repas de fruits,…).
  • On évite aussi les cuissons trop élevées qui sont à l’origine d’une perte de potentiel digestif, ainsi qu’à une perte de vitamines, minéraux, etc. (voir guide). En cas de cuisson, la vapeur douce (max 40°) est à privilégier. Et pour les intestins fragiles, réagissant facilement au cru, reportez vous au guide pour savoir comment adapter…
  • Pas de produits raffinés, ni dénaturés (pas additifs, ni ajouts de sucres, de sel, etc.). Manger bio est donc conseillé. Manger du terroir et de saison aussi. On évite également les médicaments et les autres produits chimiques.
  • Pas de café (ou exceptionnellement), ni thé, ni alcool, ni sodas, ni tabac,…
  • On bannit le grignotage, de façon à ce que les organes digestifs se reposent entre 2 repas. (minimum 4h entre 2 prises alimentaires)
  • On dine le plus tôt possible.
  • On vérifie que les digestions ne sont pas trop consommatrices d’énergie, et on réajuste avec les outils évoqués dans le guide (associations alimentaires compatibles, suppression des perturbateurs de digestion tel le café, le gluten chez certains, le froid et autres stress durant les repas, etc.), si besoin.

On peut aussi se poser les questions suivantes :

  • Y a t il une assez grosse consommation de légumes? De fruits? De cru? De produits non raffinés?
  • Et pour les protéines animales :  Y en a-t-il trop ? Pas assez ? Et le poissons gras, y en a t-il assez (2 à 3 fois par semaine…en tout 400g)?
  • Et du côté des huiles végétales (olive, noix..), sont elles bio, vierges et de 1ère pression à froid ?
  • Et la mastication ?
  • Et du côté du café, de l’alcool, du chocolat, etc., où en est la consommation?

Dans le 1er axe de cette cure de revitalisation, on comble aussi les éventuelles carences..

Dans l’axe alimentaire de cette cure de revitalisation, on comble aussi les éventuelles carences… en minéraux, oligoéléments, vitamines, protides, lipides, glucides, enzymes..

Pour cela, on se sert principalement des fameux « supers aliments », qu’on utilise en cures, en gros de 2 (à 3) mois, ce qui suffit dans bien des cas à combler les déficits. (à noter, quand cette cure est mise en place pour accompagner une pathologie, un sevrage, etc. on ajoute généralement une complémentation pour combler les déficits encore plus rapidement)

Avec quoi combler les carences en minéraux?

(signes classiques de carence minéral : taches blanches sur les ongles, ongles cassants,…)

  • Algues (oligo éléments++) dont Klamath, spiruline (= algues d’eau douce)
  • Coquilles d’œuf laissées trempées dans du jus citron durant une nuit (calcium, silice,..)
  • Amandes (calcium)
  • Légumes et jus de légumes racines (carottes, betteraves,…)
  • Etc.

Et en vitamines ?

  • Vit C : Acérola, argousier, églantier, fruits, légumes….
  • Vit C et fer : spiruline (algue d’eau douce)
  • Vit B : Levure de bière, germe de blé
  • Vit A : carottes, jus de légumes colorés
  • Vit A et D : huile de foie de morue
  • Etc.

Et en enzymes ? (voir guide)

  • Graines germées, etc.

Et en hormones ? 

  • Pollen, gelée royale, cassis, sauge, soja…

Et en protéines ?

  • Amandes, noisettes,..
  • Algues (spiruline…)

Et en lipides ?

  • Olives, avocats, oléagineux (noix,…)

Et en glucides ?

  • fruits séchés, miel, mélasse,…

Passons maintenant au second axe de cette cure…

activité physique et cure de revitalisatiion

Axe 2 : Faire du sport, et si possible au quotidien !

Plusieurs avantages à la pratique si possible quotidienne (minimum 4 fois par semaine) d’une activité physique respectueuse du corps (donc non excessive ni de compétition)

Premièrement, le sport augmente considérablement la filtration – et donc le nettoyage- du sang par les différents organes d’élimination…

En effet, 5 litres/mn de sang tournent dans le corps quand celui-ci est au repos et jusqu’à 30 litres lors d’une activité sportive d’endurance!

Résultats : beaucoup plus de toxines sont expulsées du corps, ainsi qu’une combustion spontanée des hormones du stress (adrénaline, cortisol), de « mauvais » cholestérol, des excès de sucre (ce qui économise le pancréas qui n’a alors plus à secréter d’insuline pour gérer la glycémie) et autres substances présentes dans le sang.

Deuxièmement, le sport assure un bon développement et un maintien de la masse musculaire. Le muscle permettant de soutenir la structure osseuse, cela assure le maintien d’une bonne posture, et même en en prenant de l’âge..

Le muscle étant aussi un support d’énergie, il assure une longévité++.

La traction des muscles sur les os étant en outre à l’origine de la construction osseuse, il garantit une bonne densité osseuse (lutte ++ contre l’ostéoporose), ainsi qu’une bonne «santé» des capsules articulaires et des ligaments (encore une fois pas en cas de pratiques sportives inadaptées, excessives ou de compétition)

Troisièmement, l’exercice physique est le meilleur outil de gestion du stress.

La masse sanguine rejoignant les muscles, elle quitte effectivement la sphère cérébrale. Le cerveau se trouvant alors décongestionné, cela le libère d’éventuelles cogitations.

En outre, la création d’endorphines (= des hormones euphorisantes, anti-inflammatoires et anxiolytiques, naturellement produites dans une zone de notre cerveau) peut être augmentée par 5 après 15 à 30mn d’activité d’endurance (marche rapide, jogging, vélo). Ce relâchement psychique lié à cette sécrétion d’endorphines est d’ailleurs bien connu (et recherché !) des «accrocs» du sport…

Sans parler que le sport peut être un moment de convivialité ++. On s’y amuse, on s’y détend, on y relève des défis…entre amis, entre copains, ou entre membres de la famille. Cela peut aussi être un moment de recueillement en solo…ou avec son chien…

Et puis il peut aider certain(e)s à se trouver plus belles ou plus beaux. Ce qui peut aussi être une source de mieux-être :-)

Pour finir:

  • La pression des muscles sur les vaisseaux optimise la circulation de retour veineuse et lymphatique. Cela allège aussi le travail du cœur. Qui a donc beaucoup moins à pomper pour assurer ce retour.
  • L’augmentation de la respiration permet aussi un bon développement des poumons ainsi que leur entretien.
  • Le travail abdominal (s’il est bien fait) et celui diaphragme permettent un massage spontané et une stimulation des intestins.
  • Le sport permet en outre de travailler la volonté.

Seules conditions à sa pratique:

  • Avoir assez de vitalité (= savoir choisir l’activité, l’intensité et sa fréquence; le repos total peut être même plus approprié lors de certaines pathologies).
  • Doser judicieusement si le corps est très encrassé (gros surpoids, sur-médication, gros fumeur, grande consommation d’alcool, etc.). Trop de déchets risqueraient sinon de rejoindre le sang, le cœur pourrait même réagir.

Passons maintenant au dernier axe de la cure…

Sommeil et cure de revitalisation

Axe 3 : Redonnez une vraie place à votre sommeil!

 Le sommeil est indispensable. C’est un de nos précieux outils de santé..

Résumé des effets du sommeil, d’après des écrits de Daniel kieffer :

  • La récupération physiologique de la fatigue, notamment musculaire.
  • Une «désacidification» du terrain. C’est-à-dire que tout notre fonctionnement organique fabrique des déchets acides le jour qu’il stocke dans les tissus. La nuit, ces tissus libèrent ces acides dans le sang qui se charge de les emmener vers les émonctoires.
  • Une régénérescence des disques intervertébraux qui se «décompressent» et se réhydratent beaucoup la nuit (on perd ainsi près d’un centimètre en fin de journée, que l’on récupère au matin).
  • Une détoxication globale : les émonctoires travaillent de nuit d’une façon optimum.
  • Une accélération des processus de régénérescence tissulaire, et plus particulièrement de la cicatrisation et de la consolidation des fractures.
  • Une optimisation des fonctions immunitaires, les défenses biologiques étant plus actives durant le sommeil profond.
  • Une régulation du poids (car les fonctions lipolytiques sont activées de nuit).
  • Une mise au repos des fonctions nerveuses et psychiques, participant à la recharge des «accus vitaux».
  • La régulation des « surcharges émotionnelles », partiellement libérées au cours des phases de rêve.
  • Une normalisation des effets indésirables du stress : nervosité, agressivité, irritabilité, déprime, troubles de la concentration et de la mémoire…
  • Globalement, une lutte naturelle contre tous les effets du vieillissement.

Il faut donc lui redonner sa place si l’on veut rester au meilleur de sa forme.

La quantité de sommeil nécessaire ?

6h pour certains, 9h à 10h pour d’autres. (Nous ne sommes pas tous égaux non plus en matière de besoin de sommeil).

Le moyen d »évaluer vos besoins de sommeil ?

Regarder le rythme prit spontanément quand vous êtes en vacances. Ou quand vous n’êtes pas rappelé à l’ordre par la sonnerie du réveil. Ou encore, regarder la forme de votre crâne.

Toujours est il que de se coucher tôt est une constante!

Le mieux, vers 10h, 10h30 (11h max) et le plus souvent possible.

Penser aussi aux siestes pour compenser les nuits trop courtes.

Pour finir

À tous ces divers outils de revitalisation, on doit aussi ajouter des contacts réguliers avec la nature, le grand air, le soleil du matin, la lumière, des relations humaines de qualité, le contact avec les animaux pour certains, les massages, le positivisme, les outils de changement (PNL, hypnose, EFT, TIPI,…),  la relaxation, le yoga, les loisirs, la méditation, la musique, le chant, etc.

Voilà, vous connaissez tout sur cette cure…(qui est une partenaire de la cure détox que vous pouvez découvrir ici)

N’hésitez pas à partager ces infos sur la cure de revitalisation sur vos réseaux préférés, et avec vos amis plus proches

Sur ce je vous dis à très vite ;-)

Véronique

Partagez auprès de vos amis

21 commentaires

  1. Ophélie 17 mars 2019
  2. Iliana 29 décembre 2018
    • Véronique Duivon 7 janvier 2019
  3. LLC Texas 19 octobre 2018
  4. alijah 1 mars 2018
  5. Smithf619 18 avril 2016
    • Véronique Duivon 24 avril 2016
  6. Johne949 18 avril 2016
  7. Sonia 15 avril 2016
    • Véronique Duivon 15 avril 2016
  8. Hugues 2 mars 2016
    • Véronique Duivon 2 mars 2016
  9. germain 8 février 2016
    • Véronique Duivon 9 février 2016
  10. germain 30 janvier 2016
    • Véronique Duivon 31 janvier 2016
  11. rachida 17 janvier 2016
    • Véronique Duivon 17 janvier 2016

Laisser un commentaire