Sevrage anxiolytique et antidépresseur, comment faire?

Comment réussir un (ou son) sevrage anxiolytique ou antidépresseur : protocole simple et complet

L’usage d’anxiolytique et/ou d’antidépresseur est peut-être nécessaire à certains à un ou plusieurs moments de leur vie. Mais un jour, le besoin n’est plus : il est temps pour eux de se sevrer. D’autant que l’utilisation de ces médicaments psychotropes à long terme est loin d’être anodine (troubles de la mémoire, détérioration cognitive…)

Avec l’article d’aujourd’hui, vous allez découvrir comment se sevrer d’un anxiolytique ou d’un antidépresseur sans avoir à craindre la réapparition de symptômes, aussi appelée syndrome de sevrage..

Précisions : Le sevrage des médicaments psychotropes se fait idéalement dans la cadre d’une cure de revitalisation (où l’alimentation est revisitée, la micronutrition psychique privilégiée, tout comme le sommeil, la pratique d’une activité physique régulière, l’exposition à la lumière, des contacts avec la nature, l’ostéopathie si besoin, sans oublier une psychothérapie adaptée, une aide au changement via la PNL, mais aussi TIPI, l’EFT, la méditation, la relaxation, l’hypnose, la sophrologie, le yoga…Bref, tous les outils qui permettent une meilleure gestion du psychisme et de l‘émotionnel ) et bien-sûr, ce sevrage anxiolytique ou antidépresseur se met en place avec l’accord et l’aide du médecin prescripteur..

Rappel : Les anxiolytiques (ou tranquillisants) sont des médicaments psychotropes, ainsi nommés car ils agissent sur la chimie cérébrale (sérotonine, noradrénaline, dopamine…).

La plupart des anxiolytiques appartiennent à la catégorie des benzodiazépines (derniers qui diminuent la communication entre certaines cellules nerveuses, ce qui diminue l’anxiété, améliore le sommeil et détend les muscles). Cette catégorie d’anxiolytique est très utilisée car leur action est presque immédiate.

Parmi les benzodiapines les plus prescrits dans l’anxiété, on trouve : le bromazépam (Lexomil®), le prazépam (Lysanxia®), le lorazépam (Temesta®), le clorazépate (Tranxene®), le diazépam (Valium®)….

Parmi les anxiolytiques non-benzodiazépines, on trouve : l’hydroxyzine (Atarax®), qui est à l’origine une molécule antihistaminique..

Certains antidépresseurs sont aussi prescrits comme anxiolytiques, en cas de troubles obsessionnels compulsifs ou de phobies.

Comme pour les somnifères et certains antidépresseurs, un usage prolongé des anxiolytiques mène déjà à l’accoutumance, c’est-à-dire que l’efficacité s’amoindrit et il faut augmenter la dose pour obtenir l’effet thérapeutique souhaité. Puis à la dépendance (pas pour tous les antidépresseurs), c’est-à-dire que l’arrêt du médicament provoque un syndrome de sevrage pénible…incitant à reprendre la consommation.

Syndrome de sevrage des anxiolytiques : troubles majeurs du sommeil avec agitation et cauchemars, céphalées, douleurs et faiblesse musculaires, rebond d’anxiété prononcé, irritabilité, agitation, tremblements, anorexie, nausées, sueurs, diarrhée…

Quant aux antidépresseurs, ils appartiennent essentiellement à 3 familles : les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRS tel le Prozac®, et IRSNA, ces derniers bloquant également la recapture de la noradrénaline), les antidépresseurs de première génération (imipraminiques, IMAO) et les autres antidépresseurs.

Quelques conseils avant de commencer son sevrage anxiolytique ou antidépresseur..

On ne peut pas arrêter brusquement ces médicaments psychotropes sans, effectivement, craindre un retour des symptômes de dépression, d’anxiété, d’agitation, d’’insomnie, etc (= syndrome de sevrage)…

Le 1er conseil est donc d’y aller doucement.

Ainsi, si une réduction trop rapide du dosage cause des effets négatifs (physiques ou psychiques), il faut remonter à la dose antérieure et attendre 1 semaine de plus.

À retenir : En cas de baisse trop rapide du dosage, c’est-à-dire en cas d’apparition d’effets négatifs, il faut remonter à la dose antérieure et attendre 1 semaine de plus.

On pense aussi à entamer ce sevrage anxiolytique ou antidépresseur avec l’accord et l’aide de son médecin.

On pense aussi à en parler à son pharmacien (celui qui délivre habituellement le médicament), qui peut guider durant les étapes de transition.

Renforcer le système avant le début d’un sevrage anxiolytique ou antidépresseur..

Avant de commencer le sevrage, c’est-à-dire avant de commencer à réduire la dose de médicament, il faut déjà renforcer le système nerveux.

Pour cela, on commence par prendre, 2 semaines avant le début du sevrage (et à poursuivre durant quelques mois), certains suppléments alliés du système nerveux…

À retenir : 2 semaines avant de commencer son sevrage, on démarre une complémentation qui va permettre de renforcer le système nerveux …

Pour commencer, les omégas 3 (huile de poissons), à un dosage de 1000 mg d’EPA et peu (50 à 150mg) de DHA par jour.

Les omégas 3 ont prouvé leur effet contre la dépression et les symptômes anxieux…

Du magnésium…incontournable…(pour pallier aux stress organique et psychique engendréx par le sevrage du médicament)

Lors de stress, au moins 300 mg/j de magnésium est utilisé par le corps..

Posologie indiquée en prévision d’une période de stress : 300 à 400 mg (en 2 prises)/jour

Puis une multivitamine ou un complexe de vitamines B,  toujours pour pallier au stress (physique et psychique) engendré par le sevrage du médicament

Un supplément de vitamine D (essentielle au bon fonctionnement du cerveau), qui peut aussi aider à éviter de retomber dans la dépression et l’anxiété.

L’ensemble de ces produits devront donc être commencé 2 semaines avant le début du sevrage, et cette complémentation devra se poursuivre durant quelques mois…

On pourra aussi ajouter quelques plantes à ce sevrage, ou en relais, comme vous allez découvrir dans le prochain article…dont le lien se trouve en bas

Combien de temps va durer ce sevrage anxiolytique et/ou antidépresseur ?

Pour chaque année de maladie (ou d’usage d’un médicament), on peut compter en moyenne 1 mois de sevrage…

La réduction de la dose

Pour chaque médicament, on s’assure que la forme est sécable, c’est-à-dire qu’on peut fractionner la dose (couper la pilule, diminuer le nombre de gouttes…).

S’il s’agit de capsules, on doit se procurer des dosages plus faibles (par ex, au lieu de capsules de 100mg, on se procure des capsules de 50mg et/ou de 25mg pour pouvoir ajuster le dosage).

Si des capsules plus faiblement dosées ne sont pas disponibles, on réduit la quantité de poudre par capsule (certains pharmaciens ont l’équipement pour effectuer cette opération).

On diminue la dose étape par étape

1ère étape: on diminue d’1/4 la dose du médicament.
Si le dosage est très élevé, on commence par une réduction d’1/8ème…
Il faut conserver cette dose jusqu’au moment où l’on se sent bien à ce dosage.
Cela peut prendre 1 semaine, plus probablement 2 semaines, ou même plus…
Il ne faut donc pas se précipiter.

2ème étape: on diminue d’un autre quart (ou 1/8) de dose et on conserve cette dose le temps nécessaire pour s’y habituer…

Ne pas oublier : Si on ne sent pas bien lors d’une diminution de dosage, ou si l’on perçoit que la diminution a été trop rapide, on revient à la dose antérieure et on y reste jusqu’à ce qu’on se sente mieux. Quand le mieux-être est installé, on réduit à nouveau, en y allant peut-être plus graduellement (par exemple, on réduit d’1/8 au lieu d’1/4).

On continue ainsi jusqu’au sevrage complet (ou, pour certains, jusqu’au dosage minimum pour qu’ils se sentent bien).

Nombre de prises par jour

Si on prend un même médicament plusieurs fois par jour, on ne diminue qu’1 prise à la fois.

Si ce médicament est plus calmant que stimulant, on commence par réduire la 1ère dose de la journée.

Si ce médicament est plus stimulant que calmant, comme c’est le cas pour certains antidépresseurs, on réduit en premier la dose du soir.

 

pour découvrir certaines plantes qui peuvent accompagner votre sevrage, rendez vous sur l’article suivant : Plantes et sevrage psychotropes, tabac et alcool

 

Si vous avez des questions, des témoignages, etc., n’hésitez pas à vous servir de la partie commentaires

Et puis si vous avez aimé cet article sur le “sevrage anxiolytique ou antidépresseur, en pratique”, je vous invite aussi à le partager avec votre communauté Facebook, Twitter, Google+

N’oubliez pas non plus de télécharger (gratuitement) votre guide, si ce n’est pas déjà fait

Et puis pour retrouver tous les articles de cette plateforme, rdv à plan du site situé en bas de page

Partagez auprès de vos amis

Les meilleures stratégies alimentaires de votre cure DETOX !

Indiquez simplement votre prénom et votre email ci-dessous pour recevoir votre guide GRATUITEMENT

Merci pour votre inscription.

Il y a visiblement une erreur.

15 commentaires

  1. Micha 30 novembre 2016
    • Véronique Duivon 30 novembre 2016
  2. martine 30 novembre 2016
    • Véronique Duivon 1 décembre 2016
  3. Michelle 6 janvier 2017
    • Véronique Duivon 7 janvier 2017
  4. Virginie 17 juin 2017
    • Véronique Duivon 21 juin 2017
  5. Virginie Hus 9 juillet 2017
    • Véronique Duivon 10 juillet 2017
  6. LALANNE Bruno 17 août 2017
    • Véronique Duivon 18 août 2017
  7. LALANNE Bruno 17 août 2017
  8. Mary 2 septembre 2017
    • Véronique Duivon 3 septembre 2017

Laisser un commentaire