Protocoles anti-stress plantes et micronutrition

Comment accompagner les différents états de stress en phyto et en micronutrition: protocoles anti-stress complets..

(Article 2/2 d’une série dédiée à l’accompagnement phyto et micronutritionel des états de stress prolongé)

Après un 1er article rappelant les principales phases du stress ainsi que leurs principales adaptations physiologiques, voici l’article exposant différentes stratégies d’accompagnement en phyto et micronutrition des personnes touchées par le stress chronique (= protocoles anti-stress )…

Nous verrons ainsi que conseiller en prévision d’une période de vie plus stressante (examens en vue, concours, surplus de travail, épreuves sportives…)

Objectif de ce 1er accompagnement (préventif) : augmenter les capacités d’adaptation au stress afin que le taux de cortisol reste à un niveau physiologique au moment de l’événement ou de la période à risque. Ce protocole peut être mis en place pendant le mois (ou les 2 mois ) précédant la période à risque et être poursuivi durant cette dernière

Puis comment accompagner l’anxiété, l’angoisse, la fatigue, les troubles du sommeil, etc., justement causés par un taux de cortisol trop élevé

Objectif de ce 2ème accompagnement (curatif) : redescendre le taux de cortisol à un niveau physiologique + prise en charge des différents symptômes engendrés par l’excès de stress (troubles du sommeil, palpitations, fatigue…)

Que conseiller aussi en cas de début de dépression, conséquent donc de l’entrée dans la 1ère étape de la phase d’épuisement (burn-in)…

Objectif de ce 3ème accompagnement (curatif) : faire redescendre le taux de cortisol (avant qu’il ne s’épuise) et booster la production de sérotonine et/ou de dopamine

Et finallement, en cas de burnout (= dépression avec épuisement physique et psychique total)..

Attention : seuls les cas légers et modérés d’anxiété et de déprime peuvent profiter d’une prise en charge uniquement phyto/micronutritionnelle. Les autres cas, plus sérieux (comme la dépression sévère), nécessitent un accompagnement avant tout allopathique…car il y a risque de suicide. La phyto pourra toutefois lui être associée, ou relayer, selon l’avis et les conseils du médecin.

Ce 4ème accompagnement n’est donc envisageable que par un médecin ou avec son accord

L’approche micronutrionnelle, rappel…

L’approche micronutritionnelle optimise déjà le contenu de l’assiette pour améliorer l’apport de nutriments (acides aminés, minéraux, oligoéléments, acides gras de qualité, vitamines…) et les processus digestifs…

Elle s’occupe aussi de la santé du microbiote et de celle des intestins, puis de l’assimilation digestive et cellulaire, etc.

La complémentation ne vient qu’ensuite, si besoin.

(Voir article ici pour plus de détails sur l’approche micronutionnelle. Et pour apprendre à optimiser le contenu de l’assiette, c’est ici)

En ce qui concerne l’accompagnement micronutritionnel anti-stress, il ne faut surtout pas oublier d’y associer les outils de gestion du stress (++ de sommeil, activité physique douce, relaxation, méditation, sophro, PNL, TIPI, EFT, psychothérapies plus classiques pour certains, plein air, lumière, loisirs,…)..

Cette précision étant faite, passons aux différents protocoles anti-stress évoqués plus haut, en commençant par un schéma récapitulatif du cheminement du cortisol dans les 2 phases de stress prolongé (phase de résistance et phase d’épuisement) …

protocoles-anti-stress

Accompagnement 1 : un stress bien géré

Ici, on est donc dans le domaine préventif, c’est-à-dire qu’on prépare l’organisme (1 à 2 mois) avant une période à risque (surplus de travail en vue, concours, Bac, préparation d’épreuves sportives…) de façon à ce qu’il supporte mieux la phase de résistance d’un stress prolongé

Autrement dit, on cherche à augmenter la capacité d’adaptation du corps de façon à ce que l’élévation du cortisol (à venir) ne dépasse pas les normes physiologiques et n’induise ainsi ni anxiété, ni angoisse ou pire de dépression.. (= stress bien géré)

Pour cela, on utilise 2 plantes adaptogènes : la rhodiole et le ginseng

Rappel : Une plante adaptogène est une plante qui augmente la capacité du corps à s’adapter aux différents stress (physiques et psychiques)

 

La Rhodiole, en plus d’être adaptogène, est également anxiolytique et antidépressive. Elle a aussi une action sur la fatigue liée au stress sur la concentration, sur l’endurance intellectuelle, ce qui peut être idéal pour les grosses périodes de travail intellectuel (examen, concours,…)

 

En cas de fatigue (liée au stress), on peut aussi lui associer la gelée royale et/ou de la klamath, par exemple..

 

La Rhodiole est contre-indiquée chez les personnes bipolaires, les femmes enceintes et allaitantes

On associe à ces 2 plantes du magnésium (matin et soir)

À noter : l’alimentation apporte en gros 125 mg de magnésium par jour..
Lors de stress, au moins 300 mg/j de magnésium est utilisé par le corps..

 

Posologie indiquée en prévention d’une période à risque, ou lors de stress : 300 à 400 mg (en 2 prises)/jour (Si le stress est très intense, on peut monter à 600mg/j, en 3 prises, durant 8 à 10 jours, puis on redescend à 300 ou 400 mg)

 

Précision : Pour un individu sensible au stress, en prévention, on peut conseiller du magnésium 10 jours par mois (200 à 400 mg)..

 

Rappel : Le magnésium est contre indiqué chez la femme enceinte et en cas d’insuffisance rénale.

On vérifie aussi la synthèse des catécholamines (dopamine, noradrénaline…)

Voir Psychonutrition, outils pratiques pour voir comment vérifier et optimiser cette synthèse

En préparation d’épreuves sportives, on peut aussi associer (à la rhodiole et au magnésium) de l’éleuthérocoque qui, en plus d’être adaptogène, augmente les performances physiques…

Précautions d’emploi éleuthérocoque

– En casde  maladies auto-immunes

– Chez la femme enceinte et allaitante par manque de données toxicologiques

– Chez l’enfant de moins de 12 ans

– La Commission E recommande d’éviter la prise d’éleuthérocoque en cas de tension artérielle de plus de 180/90

 

Interactions médicamenteuses avec: anticoagulants, hypoglycémiants et hypo/hypertenseurs

 

Si la préparation sportive est en altitude, on peut associer à la rhodiole et à  l’éleuthérocoque (et au magnésium) du ginkgo biloba (pour son action sur l’oxygénation cellulaire)

Arrêter la prise de ginkgo biloba 3 jours avant une intervention chirurgicale

 

Par manque de données suffisantes,  l’utilisation du Ginkgo biloba n’est pas recommandée chez les femmes enceintes et allaitantes, et chez les enfants.

 

Accompagnement n°2 : redescendre le taux de cortisol à un niveau physiologique + prise en charge les différents symptômes ou somatisation engendrés par l’excès de stress

Là, on est donc dans la phase de résistance avec un taux de cortisol ayant dépassé les normes physiologiques (= stress mal géré).

La plante permettant de faire redescendre ce taux de cortisol c’est la rhodiole, à laquelle on ajoute du magnésium (400 à 600 mg/j) pour diminuer la sensibilité au stress

Ensuite, selon le symptôme (ou somatisation) engendré par l’excès de stress, on ajoute (à la rhodiole et au magnésium) une ou plusieurs plantes :

 Si le symptôme est l’anxiété (inquiétude, crainte sans objet précis, appréhension, tension intérieure…), on peut ajouter  l’aubépine et la passiflore.

 S’il y a une somatisation cardiovasculaire (oppression thoracique, palpitations, tachycardie,..), on peut ajouter  l’aubépine

 S’il y a une somatisation digestive (brûlures d’estomac, reflux, spasmes intestinaux, colite…), on peut ajouter  la mélisse et  la passiflore

 Pour une somatisation neuromusculaire (contractures musculaires, tensions, spasmes, tensions nerveuses…), on peut ajouter la valériane

 Pour une somatisation caractérisée par de l’irritabilité (l’impatience, des sautes d’humeur, des pulsions sucrées, une vulnérabilité au bruit, aux sons, etc.), on pense qu’il peut y avoir une carence en sérotonine. On pense alors à ajouter du tryptophane

 Pour une perturbation du sommeil (difficultés d’endormissement, réveils nocturnes, sommeil non réparateur…), on peut ajouter de l’eschoscholtzia et de la valériane (à la rhodiole et au magnésium)

l’eschoscholtzia et la valériane ne provoquent ni accoutumance ni somnolence..

 

Leurs effets bénéfiques sur le sommeil n’apparaissent toutefois que 10 à 15 jours après le début de leur prise. Il faut donc conseiller la patience.

Accompagnement n°3 : faire redescendre le taux de cortisol et booster la production de sérotonine et/ou de dopamine…

Là, on est entré dans la 1ère étape de la phase d’épuisement (burn-in)…

Le taux de cortisol est monté trop haut et il a fini par créer un déficit en sérotonine et/ou en catécholamines (dopamine et noradrénaline)

A l’entrée dans cette phase, la personne se sent simplement déprimée (elle dit qu’elle se traîne, qu’elle a perdu son entrain..)

Si cette phase d’épuisement perdure, deux cas de dépressions possibles :

1-Depression (légère ou modérée) plutôt de type « introvertie » (impression de tristesse, silence, sourcils froncés, soupirs…)..

Symptômes :

• Perte de motivation, de plaisir
• Ralentissement
• Ressasse le passé
• Peu loquace
• Fatigue psychique, difficulté de mémorisation et de concentration
• Sommeil non réparateur (réveil fatigué, syndrome des jambes sans repos…)

Ici, on est plutôt dans un déficit de dopamine et de noradrénaline

Dans le burnout, l’épuisement physique et psychique est encore plus accentué que dans cette dépression type introvertie. La personne a en outre une sensation que tout est difficile, voire insurmontable. la personne s’évalue aussi très négativement…

Dans le burnout, le taux de cortisol chute aussi (tout comme la sérotonine, c’est d’ailleurs la chute de cette dernière qui fait que la personne n’arrive plus à prendre de recul)

2- dépression (légère ou modérée) plutôt de type « extravertie »

Symptômes :

• Perte d’envie et du désir
• Impulsivité, agressivité (verbale et parfois physique)
• Ne supporte pas la contrariété
• C’est la faute des autres ; ils sont tous des « c… »
• Pulsions sucrées en fin d’après-midi
• Agitation psychique (= difficulté à déconnecter)
• Troubles du sommeil (difficultés d’endormissement, réveils à 3h du matin)

Ici, on est plutôt dans un déficit de sérotonine…

N’oubliez pas de vérifier que la synthèse (et la libération) des neurotransmetteurs n’est pas compromise par d’autres facteurs que le stress, comme un défaut d’apport alimentaire de précurseurs (tyrosine, tryptophane), une compétition du passage des acides aminés au niveau de la barrière encéphalique, une carence en cofacteurs (fer, vit B…), en oméga 3, une mauvaise assimilation intestinale et/ou cellulaire, de l’inflammation, etc., et corrigez si besoin

Pour un déficit en dopamine et de noradrénaline, on peut ajouter (à la rhodiole et au magnésium) le mucuma (apporte de la L-Dopa, précurseur de dopamine), à prendre le matin

Pour un déficit de sérotonine, on peut ajouter (à la rhodiole et au magnésium) de la griffonia (apporte du 5htp, précurseur de sérotonine)

Ne pas oublier d’ajouter les outils de gestion du stress (relaxation,  activité physqiue, psycho pour certains,…)

Accompagnement n°4 : le burn out (souvent par un médecin, ou avec son accord) 

Dans le burnout, l’épuisement physique et psychique est total..

Le taux et la production de cortisol ont donc chuté (= les surrénales sont épuisées), tout comme la production de dopamine et de sérotonine…

Ici, pour stimuler la production de ces  neurotransmetteurs, on pense au mucuma (le matin), puis à la griffonia…(à ajouter au magnésium)

Parallèlement, pour relancer les surrénales (donc la production de cortisol), on peut ajouter du cassis et de la réglisse (à noter : cette dernière prolonge aussi la durée de vie du cortisol)

On pense aussi aux outils de gestions du stress….et à surtout diriger vers le médecin..

 

Si vous avez des questions, des témoignages, etc., n’hésitez pas à vous servir de la partie commentaires

Et puis si vous avez aimé cet article sur les protocoles anti-stress en phyyo et micronutrtion, je vous invite aussi à le partager avec votre communauté Facebook, Twitter, Google+

N’oubliez pas non plus de télécharger (gratuitement) votre guide, si ce n’est pas déjà fait

Et puis pour retrouver tous les articles de cette plateforme, rdv à plan du site situé en bas de page

Partagez auprès de vos amis

Les meilleures stratégies alimentaires de votre cure DETOX !

Indiquez simplement votre prénom et votre email ci-dessous pour recevoir votre guide GRATUITEMENT

Merci pour votre inscription.

Il y a visiblement une erreur.

Laisser un commentaire