Méthode fodmaps ou comment régler un SII de façon efficace -2ème partie

Méthode fodmaps pour la prise en charge du syndrome de l’intestin irritable (SII), ça donne quoi en pratique?

Vous trouverez ici la 1ère partie de la stratégie thérapeutique du syndrome de l’intestin irritable (ou SII)

Imaginons que la personne (on va l’appeler Léa) me rappelle quelques jours après notre 1er rdv pour me dire que les symptômes engendrés par son SII sont toujours aussi présents (voire plus) malgré la stratégie d’épargne digestive que nous avons mise en place lors du 1er rdv.

Je commence par la rassurer:

La suite de la stratégie thérapeutique – la 1ère étape de la méthode fodmaps – va la soulager assez rapidement.

les différérents fodmaps

Puis je lui explique ce que sont les fodmaps… ainsi que cette méthode ou approche fodmaps.

La méthode ou régime FODMAPs a 3 étapes successives.

Durant la 1ère étape, la personne limite sa consommation de fodmaps afin entre autre de retrouver le confort digestif. Cette 1ère étape dure 4 à 8 semaines.

Durant la 2ème étape, la personne teste chacun des fodmaps, 1 à 1, afin de découvrir celui ou ceux d’entre eux qui lui posent problème et jusqu’à quelle quantité elle peut consommer ceux qui lui causent problème sans que cela n’engendre de symptômes digestifs (= découvrir le seuil de tolérance à chacun des fodmaps reconnus source d’intolérance).

Dans la 3ème étape, la personne se sert des infos découvertes durant l’étape précédente afin de personnaliser son alimentation sur le lon terme.

Puis je transmets à Léa la liste des aliments naturellement pauvres en fodmaps….à utiliser jusqu’à notre prochaine rencontre… fixée au plus vite pour ne pas la laisser ainsi.

Je lui demande aussi de poursuivre l’exclusion du gluten, des produits laitiers bovins, de continuer de limiter les excitants (café, ….), les repas trop gras, de continuer les bonnes associations alimentaires, et de poursuive son journal alimentaire… et bien sur de reprendre confiance.

Sur ce on prend rdv.

*Précisions : Des symptômes liés à une intolérance à une substance alimentaire sont possibles entre 4h et 48h après la consommation de la substance (parfois plus). Toutefois, bien des personnes se plaignent d’être obligées de foncer aux toilettes (diarrhée) à peine le repas terminé. Pourquoi ? Parce que le temps de transit intestinal prend plusieurs heures à plusieurs jours (10 à 72 h pour être plus précis), le tractus intestinal est toujours plein de contenu digestif des repas précédents, et au fur et à mesure qu’un repas est consommé, ce contenu intestinal existant est déplacé dans les intestins. Donc, si le contenu intestinal existant contient des fodmaps (ou d’autres composants alimentaires problématiques), des symptômes peuvent survenir et qui n’ont rien à voir avec le repas qui vient d’être pris, mais qui ont tout à voir avec le ou les repas précédents (pris donc minimum 4h avant à maximum 48h, rappelez-vous). D’où l’importance du journal alimentaire/symptômes, que la personne doit tenir durant toute la période de son régime fodmaps, afin de pouvoir vérifier le contenu de ses repas antérieurs si apparaissent des symptômest. Elle devra aussi noter dans ce journal les pics de stress, ce dernier intensifiant la sensibilité viscérale (et donc la sensibilité aux fermentations et aux ballonnements)  

Ce que je vous propose donc au travers cet article, c’est déjà de voir ce que sont ces fodmaps, puis de découvrir chacune des 3 étapes de cette méthode ou régime fodmaps (au travers la prise en charge de Léa :-)).

Allez, on commence ;-)

(Si vous désirez vous former à cet outil fodmaps ou mettre en place un régime fodmaps pour vous-même, il y a un lien à suivre en bas de l’article ;-))

Qu’est-ce que les fodmaps et qu’est-ce la méthode ou régime fodmaps?

Les fodmaps sont un groupe de de glucides (= sucres) à chaîne courte qui se trouvent naturellement dans de nombreux aliments et additifs alimentaires.

« FODMAP » est un acronyme dérivé des noms d’une série de sucres à chaine courte dont les effets physiologiques ont été prouvés (voir plus bas l’origine de ces études) chez les personnes souffrant de SII :

F : fermentescibles (voir les explications après cet encart)
O : oligosaccharides (fructanes ou FOS et galactanes ou GOS). Les galactanes se trouvent principalement dans les légumineuses. Les fructanes se trouvent dans de nombreux légumes et céréales (dont le blé) et aussi des fruits
D : disaccharide (lactose…présent en plus ou moins grande quantité dans les produits laitiers, que ces derniers soient de vache, de chèvre, de brebis, de bufflonne, etc.).
M : monosaccharide (fructose). En fait, ce sont les aliments qui contiennent plus de fructose que de glucose qui peuvent poser problème. Cet excès de fructose peut rendre son absorption intestinale compliquée. Le fructose est présent dans la plupart des fruits et légumes. 
A : « And » (et en anglais)
P : Polyols (sorbitol, mannitol). Le sorbitol et le mannitol se trouvent principalement dans les édulcorants artificiels, les chewing-gums, les boissons et bonbons light, (mais aussi dans certains médicaments) et bien sûr dans divers fruits et légumes.

En résumé, les catégories de sucres qui peuvent poser problèmes lors d’un SII sont les fructanes, les galactanes, le lactose, le fructose (quand il est en quantité supérieur au glucose dans l’aliment), le sorbitol et le mannitol.  

Ces fodmaps sont naturellement peu ou pas digérés au niveau de l’intestin grêle (l’Homme n’a pas le capital enzymatique pour),

Ils passent donc tels quels dans le gros intestin où ils fermentés par les bactéries locales (= bactéries coliques)…qui en fait s’en nourrissent.

Précision : Dans la très grande majorité des cas, les personnes réactives aux fodmaps arrivent à en digérer au moins un ou deux d’entre eux (souvent plus)  

Ce processus de fermentation attire l’eau et produit du dioxyde de carbone, de l’hydrogène et /ou du méthane, et cet ensemble de gaz et d’eau provoquent l’étirement et l’expansion de l’intestin.

S’il y a une grande production de gaz et d’eau, associée à une hypersensibilité viscérale (comme c’est le cas chez ceux qui souffrent de SII), cet étirement et l’expansion de la paroi intestinale entraînent des douleurs importantes et une modification de la motilité (ralentissement ou accélération ou alternance des deux…selon les personnes et aussi les moment)

La méthode fodmaps vise ainsi à identifier lesquels de ces fodmaps sont mal digérés par la personne, et jusqu’à quelle quantité elle peut consommer ceux découverts problématiques sans que cela n’engendre de symptômes.

A partir de ces découvertes, la personne va apprendre à personnaliser son son alimentation, et ainsi éviter l’apparition des symptômes sur le long terme.

Études sur le régime fodmaps (voir les sources en fin d’article):
 
Le régime a été développé par une équipe de la Monash University de Melbourne (Australie), et a commencé à être reconnu suite à la publication des recherches en 2008, qui démontraient que les glucides fermentescibles alimentaires (FODMAP) agissaient effectivement comme déclencheur des symptômes chez les patients souffrant de colopathie fonctionnelle. [9] Depuis lors, 3 essais contrôlés randomisés ont été réalisés, ayant tous démontré un avantage net à suivre le régime pauvre en FODMAP [10–12]. Ces données, ainsi que 3 essais non contrôlés prospectifs [13–15] et deux autres essais rétrospectifs [16,17], ont conduit à considérer sérieusement la restriction des glucides fermentescibles dans les directives nationales et internationales pour le traitement de la colopathie fonctionnelle. Les recherches indiquent, de manière répétée, que les patients suivant ce régime affichent une nette amélioration en termes de ballonnements, flatulences, douleurs abdominales, urgences et troubles des selles, avec jusqu’à 70 % des patients signalant un bienfait. [2] De ce fait, en 2010, le régime pauvre en FODMAPs a été introduit dans les directives sur la colopathie fonctionnelle de la British Dietetic Association [18] et en 2011, il a été adopté dans les directives thérapeutiques australiennes. [19]

Attention, une alimentation pauvre en fodmaps ne guérit pas le SII: elle en atténue toutefois considérablement les symptômes
(même souvent totalement!) .

Ceci dit, passons à la découverte de chacune des 3 étapes de ce régime fodmaps.

La 1ère étape du régime fodmaps.

Lors du prochain rdv avec Léa, nous allons mettre en place la 1ère étape de son régime fodmaps.

Cette 1ère étape va lui permettre de diminuer ses symptômes.

Ce qui va probablement diminuer son anxiété;

Déjà par ce qu’elle va être rassurée de voir qu’il existe une solution pour retrouver la paix digestive;

Mais aussi parce la santé digestive influe sur celle psychique (L’inverse est vrai aussi).

Précision importante : Parmi les 10-15 % de la population mondiale atteinte de ce syndrome de l’intestin irritable, environ 50% se plaignent de lourds symptômes psychologiques (anxiété et dépression). On voit aussi que dans les 2/3 de ces 50% se plaignant de lourds symptômes d’ordre psycho, les troubles de la sphère digestive précèdent ces symptômes. Autrement dit, lors de stress psychique important ou lors d’un projet de sevrage, s’il y a SII, il faut le prendre en charge pour optimiser la stabilité psychique. Pour des infos sur le sevrage cliquez ici

Ceci dit, l’objectif de cette 1ère étape est d’obtenir un minimum de 60% des symptômes digestifs (ce qui permettra de passer à l’étape 2 du régime…où la tolérance à chaque fodmap est testée).

Cette 1ère étape dure entre 4 à 8 semaines (grand maximum 12 semaines*) en fonction de l’amélioration clinique et de la constance de cette amélioration.

Pourquoi grand maximum 12 semaines ? A cause de sa répercussion possible sur le microbiote. En effet, les fructanes et les galactanes sont des prébiotiques nécessaires à la bonne santé de nos bonnes bactéries intestinales. Ainsi, sans ces prébiotiques, les bonnes bactéries vont perdre de leur vitalité et risquer de laisser place aux mauvaises.

Durant cette 1ère étape,  Léa va consommer des aliments naturellement pauvres en fodmaps ainsi que des aliments plus riches en fodmaps mais en en limitant la quantité de ces derniers afin que ces portions restent pauvres en fodmaps.

Ces infos sont regroupées dans un document complet que j’ai fourni à Léa lors du rdv de mise en place de cette 1ère étape).

À noter : ces quantités d’aliments à ne pas dépasser pour les aliments naturellement riches en fodmaps ont été analysées et relayées par la Monash University (dont est issue cette méthode fodmaps). Le lien du site de cette précieuse Monash University de Melbourne se trouve ici
Après 4 à 8 semaines (12 maximum), en fonction de l’amélioration clinique et de la constance de cette amélioration, Léa reviendra me voir pour que nous mettions en place la 2ème étape du régime.

Durant cette 2ème étape, Léa commencera par tester sa tolérance à chacun des fodmaps, l’un après l’autre, selon un protocole précis.

C’est le 1er temps de cette 2ème étape. Ce 1er temps dure environ 9 semaines.

Dans un 2ème temps, Léa découvrira jusqu’à quelle quantité elle peut consommer les fodmaps découverts problématique sans que cela n’engendre de symptômes.

Pour tous ses tests, j’aurais aussi fourni à Léa – lors du rdv de mise en place de cette 2ème étape- tous les documents necessaires.

À retenir : Après cette 2ème étape, la personne comprend quels sont les fodmaps qui lui déclenchent des symptômes et dans quelles tailles de portions elle peut les consommer sans ressentir de symptômes.

Pour mettre en place la 3ème étape du régime fodmaps, Léa reviendra me voir et je lui apprendrai comment organiser son alimentation à partir des seuils de tolérance découverts durant l’étape 2.

Ainsi, au fil des semaines d’expérimentation qui suivront, Léa augmentera la fréquence de consommation des tailles de portions tolérées évoquées (à 1 seul repas par jour pour commencer, et cela 2 jours d’affilée, puis à 2 repas, etc.)

Ensuite, elle apprendra à combiner plusieurs tailles de ces portions à un même repas, puis à deux repas, etc.

La 3ème étape est donc l’étape de personnalisation..sur le long terme..

Voilà pour les grandes lignes de la mise en place de ce régime fodmaps :-)

*

Maintenant, si vous désirez apprendre à mettre en place ce régime fodmaps« , je vous conseille de suivre ce lien

Et n’hésitez pas à prendre contact avec moi si vous avez des questions…

Sur ce je vous dis à très vite ;-)

Véronique

10- Staudacher H. M., Lomer M. C., Anderson J. L., Barrett J. S., Muir J. G., Irving P. M. et al. Fermentable carbohydrate restriction reduces luminal bifidobacteria and gastrointestinal symptoms in patients with irritable bowel syndrome. The Journal of nutrition. [Randomized Controlled Trial Research Support, Non-U.S. Gov’t]. 2012 Aug;142(8):1510–1518

11-Ong D.K. M. S., Barrett J. S., Shepherd S. J., Irving P. M., Biesiekierski J. R., Smith S., Gibson P. R., Muir J. G. Manipulation of dietary short chain carbohydrates alters the pattern of gas production and genesis of symptoms in irritable bowel syndrome. Journal of gastroenterology and hepatology. 2010;25(8):1366–1373

12-Halmos E. P., Power V. A., Shepherd S. J., Gibson P. R., Muir J. G. A diet low in FODMAPs reduces symptoms of irritable bowel syndrome. Gastroenterology. [Randomized Controlled Trial Research Support, Non-U.S. Gov’t]. 2014 Jan;146(1):67–75 e5

13- de Roest R. H., Dobbs B. R., Chapman B. A., Batman B., O’Brien L. A., Leeper J. A. et al. The low FODMAP diet improves gastrointestinal symptoms in patients with irritable bowel syndrome: a prospective study. Int J Clin Pract. [Evaluation Studies Observational Study]. 2013 Sep;67(9):895–903

14- Mazzawi T., Hausken T., Gundersend D., El-Salhy M. Effects of dietary guidance on the symptoms, quality of life and habitual dietary intake of patients with irritiable bowel syndrome. Mol Med Rep. 2013;8:845–852

15- Wilder-Smith C., Materna A., Wermelinger C., Schuler J. Fructose and lactose intolerance and malabsorption testing: the relationship with symptoms in functional gastrointestinal disorders. Aliment Pharmacol Ther. 2013;37:1074–1083

16- Gearry R., Irving P. M., Barrett J. S., Nathan D. M., Shepherd S. J., Gibson P. R. Reduction of dietary poorly absorbed short-chain carbohydrates (FODMAPs) improves abdominal symptoms in patients with inflammatory bowel disease – a pilot study. Journal of Crohns and Colitis. 2009;3(1):8–14

17- Ostgaard H., Hausken T., Gundersend D., El-Salhy M. Diet and effects of diet management on quality of life and symptoms in patients with irritable bowel syndrome. Mol Med Rep. 2012;5:1382–1390

18- British Dietetic Association. UK evidence-based practice guidelines for the dietetic management of irritable bowel syndrome (IBS) in adults. Birmingham September 2010

19-Government NSW, Australia. Therapeutic Diet Specifications for Adult Inpatients. Chatswood, New South Wales, Australia: Agency for Clinical Innovation; 2011

Partagez auprès de vos amis

4 commentaires

  1. Sandra MAO 18 juin 2020

Laisser un commentaire