Les draineurs, un turbo à votre détox

Stimuler le travail des émonctoires pour optimiser la détox, en pratique.. 

Dans cet article, nous allons parler produits drainants et techniques de drainage…

Comment les choisir, les doser et les utiliser au mieux..

Cet article est le 6ème sur 8 de votre exploration “cure détox”..

 

Vous trouverez les liens des 7 autres articles de cette exploration en bas de page Par où commencer ?

Qu’est ce que le drainage ?

Le drainage consiste à stimuler le travail de filtration du sang et l’élimination des toxines d’un ou de plusieurs des émonctoires, et ceci durant un temps donné.

Quelques définitions:

 

Un draineur peut être une plante mais aussi une autre substance (l’eau hydroxydase, le chlorure de magnésium, certaines huiles essentielles, etc.)

 

Mode d’action des plantes drainantes : Les plantes utilisées renferment des principes actifs qui permettre d’éliminer les déchets du corps en même temps que le principe actif. Ces principes actifs agissent directement au niveau de l’émonctoire en en stimulant l’activité épuratrice.

Toutefois, il faut que l’émonctoire ait les capacités organiques et énergétiques (cad motrices) pour pouvoir réagir à cette stimulation. Sinon, les principes actifs n’agissent pas et deviennent même une source d’encrassement (supplémentaire) puisque l’émonctoire n’est pas capable de les prendre en charge pour les éliminer.

 

Un outil de drainage peut être un draineur, mais aussi une technique, tel  le sauna, l’exercice physique, les massages, les lavements, les bains, la bouillotte, etc.

 

Certains légumes et certains fruits ont aussi des vertus détoxifiantes (choux, carotte, céleri, etc.)

Ceci dit, l’utilisation d’un draineur n’est pas nécessaire pour débarrasser le corps de ses déchets…

Le fait de réformer l’alimentation et de redonner de l’énergie aux émonctoires suffit pour que le nettoyage organique s’effectue..

Les draineurs servent surtout à dériver lorsque l’émonctoire spontanément prévu pour l’élimination est saturé ou en souffrance.

Rappel: le fait de soulager un émonctoire surchargé ou en souffrance en emmenant les déchets vers un autre émonctoire (capable de traiter le même type de déchets), c’est ce qu’on appelle « faire une dérivation »

 

Exemples de dérivations :

  • Si les poumons sont encombrés ou en souffrance, on dérive les colles vers votre foie.
  • Si les glandes sébacées sont chargées de colles (acné, eczéma suintant, etc.), on dérive ces colles vers le foie.
  • Transpirer soulage les reins, la sueur permettant d’éliminer les déchets cristaux, comme le fait l’urine. La dérivation est donc faite des reins vers les glandes sudoripares.

Pour dériver, on utilise des draineurs ou d’autres outils de drainage..

 

À noter : la restriction alimentaire ciblée reste le meilleur moyen pour soulager un émonctoire saturé.

 

Ex : limiter les aliments producteurs de colles si vos poumons, votre foie ou vos glandes sébacées sont encombrés ; limiter les aliments producteurs de cristaux si vous avez des problèmes de reins. Idem si vous avez des problèmes articulaires ; etc.

Qu’est ce qui se passe durant le drainage ?

Durant le drainage, l’émonctoire nettoie déjà les toxines qui envahissent et encrassent ses propres tissus. Une fois nettoyé, il peut reprendre une filtration optimale du sang qui le traverse…

Le sang lui-même enfin purifié peut alors récupérer les déchets logés dans les profondeurs de l’organisme, afin de les rediriger vers les émonctoires qui vont alors se charger de les éliminer.

Les reflets du nettoyage organique durant le drainage..

L’émonctoire va avoir plus de déchets à traiter :

  • L’urine peut ainsi être plus chargée, plus odorante, plus acide, etc., si ce sont les reins que l’on draine ;
  • La sueur peut elle-même être plus aigre, plus odorante, et la peau peut se couvrir (momentanément) de boutons si c’est cette dernière que l’on vise ;
  • Les selles peuvent être particulièrement fétides, plus fluides, si ce sont les intestins ou le foie que l’on cible;
  • Les poumons peuvent se charger de glaires, si le drainage les concerne ;

Ces augmentations d’éliminations sont momentanées. Il faut toutefois les doser, surtout chez les sujets très intoxiqués, sur-médicamentés, gros fumeurs, gros consommateurs d’alcool, de viande, etc. Les déchets risqueraient sinon de saturer l’émonctoire le plus sollicité, de le faire souffrir, et de le blesser dans le pire des cas.

Pour limiter de trop grosses remontées de déchets, surtout si le terrain est très chargé :

  • Supprimez déjà les draineurs.
  • Limitez aussi l’exercice physique (le réintégrer de façon plus soutenue après la détox)
  • Diminuez temporairement la restriction alimentaire afin de limiter la remontée des déchets.
  • Pensez aussi à dériver pour soulager l’émonctoire débordé (ex : transpirer pour soulager vos reins d’un excès d’afflux de cristaux)

À l’inverse, si les éliminations sont trop faibles, regardez ce qui se passe du coté de la vitalité :

  • A-t-elle baissée ? (Détox trop poussée ?, trop longue ?, pas adaptée ? Carences en tous genres ?…).
    Si c’est le cas, arrêtez la détox (ainsi que les draineurs) et revitalisez.
  • Si l’émonctoire convoité manque juste de tonus, pensez à le stimuler via des techniques réflexes (réflexologie, acupuncture, massage profond, etc.)
  • Vous pouvez également dériver (ex : le foie semble incapable de gérer une affluence de colles ? Soutenez-le en stimulant les glandes sébacées)
  • Considérez en outre votre colonne (y-a-t- il un blocage vertébral qui perturbe l’arrivée de l’influx nerveux sur l’émonctoire visé ?)
  • Vérifiez également si le cerveau ne détourne pas l’énergie pour son propre usage (trop de stress ?, de cogitations?, d’hyperactivité mentale ?…).

Le dosage des draineurs

Il ne doit être ni trop bas, ni trop élevé…

Vos éliminations doivent être gérables, pas agressives, pas non plus sources d’épuisement..

Commencez avec de petites doses, puis augmentez les jusqu’à trouver le dosage idéal (les quantités indiquées plus bas sont des doses moyennes)

En ce qui concerne la durée, des cures de 8 à 10 jours peuvent suffire.

Vous pouvez les alterner avec des périodes de 8, 10, 15 à 20 jours d’arrêt, et cela durant tout le temps de la cure

Rappel : La durée d’une détox est de quelques jours, de quelques semaines, jamais plus de 2 mois..

A noter : Évitez les draineurs multi-émonctoires, cela disperse les forces (hormis si le corps est peu encrassé et que la vitalité est élevée).

OUTILS DE DRAINAGE DES ÉMONCTOIRES A COLLES

Si le corps est chargé de colles, le drainage doit cibler le foie (et sa consœur la vésicule biliaire), les intestins eT/ou les glandes sébacées.

Rappel : le foie synthétise la bile. Cette bile est stockée dans la vésicule biliaire pour être déversée dans le tube digestif au moment des repas.

 

Les plantes hépatiques ou cholérétiques agissent au niveau du foie. Elles y augmentent la sécrétion de bile par les cellules hépatiques.

 

Les plantes biliaires ou cholagogues accroissent la contractibilité de la vésicule biliaire, d’où une meilleure évacuation de la bile dans le tube digestif.

 

Il est donc préférable de stimuler simultanément foie et vésicule biliaire pour un meilleur drainage des colles..

Drainage du foie (et de sa consœur la vésicule biliaire)

Le radis noir, les choux, le cresson, la chicorée sauvage, etc. ont tous une action drainante intéressante de la sphère hépatobiliaire

Les différentes formes galéniques proposées dans cet article

  • TM = teinture mère (contient de l’alcool). Vous pouvez vous en procurer sur le net, en pharmacie et dans certains magasins bio. À prendre avec de l’eau.
  • EPS = extraits de plantes standardisées (contient de l’alcool*), à faire préparer en pharmacie.
    À prendre avec de l’eau. 5ml correspond à 1 cuillère à café ou à un bouchon.
  • Extraits secs = gélules. Vous pourrez vous en procurer sur le net, en pharmacie et dans certains magasins bio.À prendre avec un verre d’eau.
  • Ampoules (moins concentré) : vous pouvez les trouver via le net, en pharmacie et dans certains magasins bio. À prendre avec de l’eau.

 

Prendre ces produits à jeun, c’est-à-dire minimum 20mn avant repas, ou minimum 2h après.

 

On peut aussi mettre ces draineurs (liquides) dans une bouteille d’eau à boire au long de votre journée.

  • L’artichaut (feuilles) : grande plante dépurative. Elle est cholagogue et cholérétique, mais aussi hépato protectrice (= protège les cellules du foie). L’associer avec du radis noir est une excellente formule.
    Posologie : TM à raison de 3 fois 30 gouttes par jour avec de l’eau ; EPS 2 fois 5 ml par jour, à faire préparer en pharmacie (ex : 1/3 radis noir + 2/3 artichaut) ; Extraits secs (= gélules) ou ampoules, suivre la posologie indiquée par le fabriquant.
  • La Boldo : elle est cholérétique.
    Posologie : TM 3 fois 50 gouttes avec de l’eau ;
    Infusion, 1 cuillère à café par tasse, laissez infuser 10 mn, 1 à 2 tasses par jour.
  • Le Radis noir : il stimule le foie et la vésicule. L’associer avec de l’artichaut est une excellente formule.
    Posologie : EPS, 2 fois 5 ml par jour (ex : 1/3 radis noir + 2/3 artichaut) ;
    Extraits secs (= gélules) ou ampoules : trouver un produit l’associant avec de l’artichaut. Suivre la posologie indiquée par le fabriquant.
  • Le romarin : cholérétique et cholagogue, également hépato protecteur et fortement antioxydant. C’est aussi un très bon stimulant général.
    Posologie : infusion : 1 cuillérée à café par tasse, 2 fois par jour, laissez infuser 15 minutes ;
    TM 50 gouttes 2 fois par jour avec de l’eau.
  • Le pissenlit (racine) : c’est le prototype de plantes dépuratives. Il est cholérétique et cholagogue, diurétique et laxatif doux. Il entraine une stimulation enzymatique du foie (et aussi des reins)
    Posologie : décoction 30g de racines par litre d’eau, faire bouillir quelques minutes, infuser ½ heure, boire 1l/jour ;
    TM 50 gouttes 3 fois par jour avec de l’eau ;
    Extrait fluide EPS de plante fraîche 2 fois 5ml par jour (qu’on peut aussi l’ajouter à l’artichaut et au radis noir ; 1/3 de chaque).

Nota : il existe encore bien d’autres plantes (et huiles essentielles) ciblant l’axe hépatobiliaire..

Les autres outils de drainage du foie

  • L’activité physique : la chaleur et les pressions des muscles stimulent la synthèse et la sécrétion de sébum. La sueur un peu grasse après l’exercice l’atteste.
    En outre, l’activité physique (d’endurance) augmente de 4 ou 5 fois la filtration du sang par le foie. Plus de déchets sont ainsi traités.
    Le foie est aussi un gros consommateur d’oxygène, et l’oxygénation corporelle est nettement augmentée avec l’exercice.

Seules conditions pour faire du sport lors d’une détox : avoir assez de vitalité, ne pas non plus la gaspiller par des exercices trop intensifs ou trop fréquents. Cette vitalité devant soutenir l’élimination (rappelez-vous), et non le travail musculaire.

3 à 4 séances hebdomadaires sont donc possibles pour certains, 1 seule séance pour d’autres. À voir donc selon le niveau de vitalité et le type d’exercice pratiqué.

À retenir : L’exercice physique amenant à l’essoufflement est incontestablement le meilleur outil de drainage organique. Il multiplie jusqu’à 5 fois la filtration du sang par vos émonctoires!

Seules conditions à sa pratique lors d’une détox :

  • avoir assez de vitalité
  • ne pas être trop encrassé***
  • savoir choisir son activité, l’intensité et sa fréquence.

***Un organisme très chargé (gros surpoids, sur-médication, gros fumeur, grande consommation d’alcool, etc.) ne doit pas faire d’exercices trop intenses. Trop de déchets risqueraient de rejoindre le sang, de saturer les émonctoires. Le cœur pourrait même réagir..

  • La bouillotte : le foie a besoin de chaleur pour fonctionner correctement (39-41°). Cela dilate les capillaires qui le traversent. Le sang est ainsi mieux filtré.
    Placer la bouillote après les repas sur la zone du foie (à votre droite au niveau des côtes), et cela durant 20 à 30 mn. L’augmentation de la température locale stimule le travail d’épuration.
  • Le massage des zones reflexes (réflexologie, acupuncture, massage profond,…), permet de stimuler la circulation énergétique locale.

Drainage des intestins

Un laxatif bien dosé ramollit les selles sans les rendre trop liquides et les déclenche 2 à 3 fois par jour

A noter : La consommation régulière de fruits et de légumes a un effet laxatif. C’est probablement le moyen le plus simple de réguler le transit.

  • N’oubliez l’hydratation (minimum 1,5 litre chez un adulte consommant peu de fruits et ne faisant pas de sport). Cela évite que les selles dessèchent.
  • Pensez en outre à la consommation des graisses (huile d’olive…), cela lubrifie l’intestin tout en stimulant la libération de la bile;
  • Les monodiètes de fruits (pomme douce, compote, cerise etc.) ou de légumes (soupe, etc.) d’une à 2 journées sont également d’excellents moyens de nettoyer les intestins

  • La soupe de légumes : elle peut être consommée lors d’un repas ou lors de monodiètes. La cellulose cuite n’est pas agressive. Elle permet un bon (et doux) drainage des intestins.
  • Les figues ou pruneaux séchés : faire tremper l’un ou l’autre de ces fruits pendant 12h dans un verre d’eau. Boire l’eau et ou manger les fruits le matin à jeun ou le soir avant le coucher (ne boire que l’eau peut suffire).
  • Les graines de psyllium (contient des mucilages qui sont des substances qui gonflent au contact de l’eau): très efficace si la constipation est due à un manque de volume du bol alimentaire. L’action est plutôt douce. Laisser macérer ½ heure 1 à 2 cuillères à soupe de graine dans un verre d’eau. Avaler le tout avant le repas du soir, ou bien le matin.

Attention : pas de plantes laxatives sur un intestin plein de matière (constipation), car il y risque de générer une occlusionPourquoi ? : Parce que les plantes laxatives favorisent les contractions de l’intestin (=contractions qui permettent l’avancée des selles). L’intestin se «spasmant», le bouchon de matière peut créer l’occlusion. L’alternative : les pruneaux ou les figues séchés, la douche rectale, les graines de psyllium, les graines de lin, les probiotiques, la stimulation des points reflexes,…

 

En cas de constipation, ne pas oublier de vérifier l’axe hépatobiliaire. La bile régulant le transit par stimulation du péristaltisme intestinal.

 

Pensez aussi à vérifier s’il y a du stress (physique ou psychique) : les hormones du stress peuvent perturber le péristaltisme

 

L’hypothyroïdie peut aussi être à l’origine d’une constipation (et d’une prise de poids), tout comme l’inflammation intestinale

  • La mauve : elle a une action laxative douce par ses mucilages. Elle est parfaite si vos intestins sont paresseux. Parfaite aussi s’il y a une inflammation du tube digestif.
    TM : 3 fois 20 à 50 gouttes avec de l’eau
    Infusion : 40 gr de feuilles et/ou fleurs par litre d’eau, infuser 10mn

Exemple de tisane agissant sur le transit :

  • Fleurs de mauve ;
  • Fleurs de kardaké (appelé aussi hibiscus) ;
  • Feuilles de mélisse (la mélisse est en plus antispasmodique)…àà 30 g

Une pincée pour une tasse en infusion, 2 à 3 par jour. Répéter en cas de besoin

  • La bourdaine : pas d’usage prolongé, et qu’occasionnellement, et pas s’il y a colopathies inflammatoires, douleurs abdominales, syndrome occlusif. Cette plante est agressive.
    La selle survient 8 à 12h après l’ingestion d’une décoction de 5mn suivie d’une infusion de 2 heures.
    TM : 15-30 gouttes 3 fois par jour ou 50 gouttes en 1 fois le soir (avec de l’eau)
    Comprimés : suivre la posologie indiquée par le fabriquant.

Les autres outils de drainage de vos intestins

  • La douche rectale, c’est un petit lavement avec une poire d’environ 3 décilitres (on peut se la procurer en pharmacie). Une série de 2-3 douches rectales peut être fait tous les jours durant quelques temps sans causer de problème. Il n’y a pas d’accoutumance. Cela rééduque même les intestins un peu paresseux.
    L’eau est introduite puis rejetée sans être retenue.
  • L’exercice physique: la lutte contre la sédentarité est probablement un des meilleurs outils de régulation du transit. La détente psychique que le sport induit permet également une meilleure alimentation énergétique viscérale.

À noter : Bien des sportifs souffrent de problèmes intestinaux. Ceux-ci sont conséquents de l’adaptation du corps à l’effort soutenu.

  • La musculature abdominale : les muscles créent des pressions bénéfiques sur les viscères. Cela stimule les plexus nerveux qui innervent le tube digestif.
  • Les probiotiques : une flore intestinale perturbée peut aussi être la cause de problèmes de transit. Les cures de probiotiques sont d’excellents outils de régulation.
  • La stimulation des zones reflexes (dont massage), si la zone intestinale est énergétiquement mal irriguée.
  • L’ostéopathie si besoin.

Drainage des glandes sébacées de la peau

  • L’exercice physique est un des meilleurs outils pour stimuler la synthèse et la libération du sébum. La pression des muscles sur les glandes sébacées active ces dernières. La chaleur induite par l’effort fluidifie aussi le sébum, ce qui en permet une meilleure évacuation.
  • Le brossage à sec (ou humide) avec un gant de crin est aussi un excellent moyen de stimuler la synthèse et la libération du sébum.
  • Vous pouvez aussi penser au hammam (ou au bain chaud), auquel vous pouvez ajouter le brossage avec le gant de crin

Drainage des poumons

  • Commencer par limiter sérieusement les aliments producteurs de colles (céréales, féculents, produits laitiers, graisses saturées…), puis dériver les déchets vers l’axe hépatobiliaire.
  • Penser aussi à l’exercice physique pour fluidifier les mucus et évacuer les déchets gazeux (CO2)
  • Le massage des zones reflexes (réflexologie…) est aussi un outil précieux.

Du côté des plantes :

  • Le thym est antiseptique. Il calme la toux. Il permet aussi de dégager les bronches.
    Infusion : 3 tasses par jour, 1 cuillère à café de feuilles et de feuilles par tasse, infuser 10mn.
    (En TM : 3 fois 40 gouttes par jour avec de l’eau)
  • L’eucalyptus est antiseptique. Il fluidifie aussi les mucus.
    Infusion : 3 tasses par jour, 3 à 4 feuilles par tasse, infuser 15mn.
    (En TM : 3 fois 40 gouttes par jour avec de l’eau)

OUTILS DE DRAINAGE DES ÉMONCTOIRES A CRISTAUX

Si le corps est chargé de cristaux, le drainage doit cibler les reins ou les glandes sudoripares

Drainage des reins

Le chou, le poireau, l’oignon, etc. ont une action stimulante de la diurèse (= augmentation du volume d’urine) ;

Tout comme ces légumes, les plantes rénales sont diurétiques, c’est-à-dire qu’elles stimulent diurèse.

Rappel : Hormis si votre peau est en feu (pathologies cutanées inflammatoires), n’hésitez jamais à la faire transpirer (via l’exercice physique, le sauna, le bain chaud, etc.) pour dériver les déchets cristaux vers elle. Cela protège les reins

  • L’orthosiphon est très bien toléré, même par des reins un peu en souffrance.
    Posologie : verser 2 à 3 cuillères à café de feuilles séchées finement coupées dans 1L d’eau bouillante, couvrir, laisser infuser 5 à 15 mn, 1 à 3 tasses par jour, la dernière plusieurs heures avant le coucher.
    EPS : mettre 15 ml dans 1l d’eau, à boire dans la journée, 10 jours par mois
  • La piloselle : excellent diurétique et désinfectant des voies urinaires.Posologie : TM 3 fois 50 gouttes par jour avec de l’eau ; EPS : 2 fois 5 ml par jour
  • Le bouleau : dépuratif général et spécialement actif sur les reins.
    Posologie : Jus, 2 cuillère à café, 3 fois par jour, avec de l’eau ;
    Elixir, suivre la posologie indiquée par le fabriquant ;
    Infusion, 40 g de feuilles (1 poignée) dans 1l d’eau, couvrir, infuser 10 minutes
  • La bruyère : puissant diurétique et désinfectant des voies urinaires. Posologie : décoction : 40 g de sommités fleuries dans 1l, couvrir, bouillir 3 minutes, infuser 10 mn
  • La reine des prés : diurétique, cholagogue et antalgique. Recommandée en cas d’œdèmes, de rhumatisme, etc.Posologie : infusion : 1 cuillère à soupe de fleurs par tasse, infuser 10 mn. EPS : 2 fois 5 ml par jour, avec de l’eau.
  • L’aubier de tilleul : il « lessive » les reins mais aussi le foie (cholérétique). C’est un puissant draineur, fréquemment utilisé dans les surcharges d’origine diverses. Il est aussi très efficace en cas d’excès d’absorption d’aliments producteurs de cristaux (protéines). Posologie : aubier de tilleul sauvage du Roussillon, 40 g pour 1l d’eau, laisser bouillir 10mn à feux doux, infuser 1h, à boire dans la journée, 10 jours par mois, pendant 3 mois. Une à 2 cures par an sont souvent préconisées.
  • Le pissenlit (racine) : c’est le prototype de plantes dépuratives. Il est diurétique mais également cholérétique, cholagogue, et laxatif doux. Il entraine une stimulation enzymatique des reins (et aussi du foie). Posologie : 30g de racines par litre d’eau, faire bouillir quelques minutes, infuser ½ h. Boire 1l/jour, 10 jours par mois, pendant 3 mois. Une à 2 cures par an sont souvent préconisées. TM 50 gouttes 3 fois par jour avec de l’eau ; Extrait fluide EPS de plante fraîche 2 fois 5ml par jour.

Les autres outils de drainage des reins

  • Les reins n’aiment pas le froid, ils ont besoins de chaleur pour fonctionner correctement. La bouillotte et la chaleur localisée sont déjà de très bons outils.
  • Ne pas oublier une hydratation correcte.
  • Vérifier aussi l’énergie locale.

Drainage des glandes sudoripares de la peau

Pour stimuler vos glandes sudoripares rien de tel que l’exercice physique amenant à l’essoufflement.

Toutefois, certaines personnes n’ont pas une énergie suffisante pour pratiquer des sports d’endurance durant leur détox. Si c’est le cas, vous pouvez vous rabattre sur le sauna, les bains chauds, les bains de soleil (bien habillé) pour transpirer de façon passive.

Protocole sauna :

Prendre une douche chaude, se sécher. Entrer bien sec dans le sauna (la sauna doit être lui-même bien sec : pas de louches d’eau sur les pierres !), s’assoire, les jambes allongées ou repliées pour faciliter la circulation de retour. Rester au calme. La position allongée peut être choisie au début de la séance durant quelques minutes. Sortir dès que la sueur perle (8 à 10mn suffisent). Prendre une douche froide (commencez par les pieds, les jambes, les bras puis le corps). se secher. s’allonger pour une durée au moins équivalente en temps passé dans le sauna, voire plus.

Pour une première expérience, on peut répéter ce protocole 2 fois. Par la suite, passer à 3.

À noter que le temps passé dans le sauna est augmenté de quelques minutes à chaque passage. 8 à 10 mn au 1er, un peu plus au 2ème, pas plus de 15 mn au 3ème passage.

S’il y a eu une séance de sport avant, un seul passage de 10 mn suffit.

Protocole bain chaud:

Entrer dans une eau à 37°, augmenter la température progressivement (jusqu’à minimum 39°, et maximum 42°). Restez 10 minutes. Sortir du bain. s’Allonger 10mn enveloppé dans votre peignoir de façon à continuer de transpirer. Douche. Friction de la peau possible avec un gant de crin. Finir par une douche froide (commencer par les pieds, les jambes, les bras puis le corps).

Contre indication au sauna et au bain chaud : les personnes très dévitalisées, les sujets souffrant de problèmes cardio-vasculaires veineux, ceux sous traitements médicaux pour maladie grave ou chronique…

Le petit mot de la fin

Il y a bien sur plein d’autres plantes et autres produits drainants pour stimuler l’activité des émonctoires. Ceux suggérés ici sont ceux que je préconise souvent moi même en consultation. Ils sont faciles à trouver. Ils ont également fait leurs preuves…

 

N’oubliez pas de lire l’article sur la CURE de SÈVE de BOULEAU, qui est aussi un excelllente substance dépurative (bienfaits et protocole d’utilisation détaillé)

 

Pour découvrir le prochain article de votre exploration cure détox, cliquez ici: Le visage, un véritable détecteur de toxines 

Retrouvez l’ensemble des articles de ce blog en bas de page à “Plan du site”

Si vous avez aimé cette publication sur les draineurs, n’hésitez pas à la partager avec votre communauté Facebook, Twitter, Google+…. 

Laissez aussi vos commentaires, vos questions, etc., dans la partie commentaires située plus bas

Et puis n’oubliez pas de télécharger (gratuitment) votre guide…qui fait partie intégrante de votre exploration “cure détox”

Partagez auprès de vos amis

Les meilleures stratégies alimentaires de votre cure DETOX !

Indiquez simplement votre prénom et votre email ci-dessous pour recevoir votre guide GRATUITEMENT

2 commentaires

  1. Anais B. 26 décembre 2016
    • Véronique Duivon 27 décembre 2016

Laisser un commentaire