Gluten et thyroïde, on fait le point

Doit on vraiment limiter le gluten quand on souffre d’un trouble thyroïdien d’origine auto-immune?

On me demande toujours pourquoi il est si pertinent d’éviter le gluten quand on souffre d’une pathologie thyroïdienne d’origine auto-immune (Hashimoto et Basedow) ?

Et voilà le genre de réponse que je peux donner :

En fait, éviter le gluten lors d’une pathologie thyroïdienne auto-immune est recommandé pour plusieurs raisons, dont le mimétisme moléculaire et les interactions immunitaires complexes. 

Développons un peu..:-)

En ce qui concerne le mimétisme moléculaire :

Le concept de mimétisme moléculaire joue effectivement un rôle crucial dans la compréhension de l’impact du gluten sur les maladies thyroïdiennes auto-immunes telles que la thyroïdite de Hashimoto et la maladie de basedow;

En fait, le gluten (une protéine présente dans le blé et d’autres céréales), contient des peptides qui peuvent ressembler aux antigènes* (voir la définition d’un antigène dans l’encart suivant) présents dans la glande thyroïde; 

Cette similarité structurelle peut amener le système immunitaire à attaquer la glande thyroïde en plus du gluten, exacerbant donc l’auto-immunité (= attaque du système immunitaire sur notre propre corps).

*Un antigène est une molécule ou une substance étrangère au corps qui est capable de provoquer une réponse immunitaire. Dans le contexte des maladies auto-immunes, le système immunitaire identifie par erreur les antigènes présents dans les tissus du corps comme étrangers et les attaque.  

De quoi est composé un antigène ?  Il peut s’agir de protéine, de polysaccharides, de lipides ou d’autres types de molécules. Les antigènes sont souvent des composants de pathogènes comme les bactéries, les virus, les champignons ou les parasites. Ils peuvent également être des molécules provenant de l’environnement ou même de cellules anormales du corps.  

Dans le cas des antigènes possibles contenus dans la glande thyroïde (qui peuvent donc se faire attaquer par notre propre système immunitaire), il y en a 3 en particulier :  

-La Thyroperoxydase (TPO), qui est une enzyme clé dans la synthèse des hormones thyroïdiennes.

– La Thyroglobuline (Tg) est une protéine produite par la glande thyroïde et sert de précurseur pour les hormones thyroïdiennes

Récepteur de la TSH (Thyroid-Stimulating Hormone), qui est une protéine située à la surface des cellules thyroïdiennes.

(Dans le cas de la thyroïdite de Hashimoto et de la maladie de Basedow, certains de ces antigènes sont donc ciblés par le système immunitaire, entraînant alors une inflammation et une destruction progressive de la glande :-().

Un autre point important, l’effet de la consommation de gluten sur la perméabilité intestinale :

La consommation de gluten peut effectivement augmenter la perméabilité intestinale. Et lorsque l’intestin devient plus perméable, des molécules telles que justement, les fragments de gluten (mais pas que), peuvent passer dans la circulation sanguine, déclenchant alors une réponse immunitaire systémique. Cette réaction peut donc aggraver l’inflammation et les attaques auto-immunes contre la thyroïde.

Et pour finir, l’effet du gluten sur l’inflammation générale de l’organisme : 

Le gluten peut contribuer à une inflammation systémique accrue, surtout chez les personnes sensibles au gluten ou atteintes de maladies auto-immunes, car en augmentant la perméabilité intestinale, cela permet effectivement à des fragments alimentaires (gluten donc inclus) de pénétrer dans la circulation sanguine, déclenchant alors une réponse immunitaire, avec production ++ de cytokines pro-inflammatoires. 

Voilà, pour les explications qui j’espère vous éclairent…

Et en ce qui concerne quelques preuves scientifiques soutenant que l’élimination du gluten peut améliorer les marqueurs auto-immuns comme la fonction thyroïdienne, je vous en ai citées certaines ci-dessous :

  • Endocrine Connections: Study on Hashimoto’s thyroiditis and gluten-free diet.
  • Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism: Research on the correlation between celiac disease and autoimmune thyroid disorders.

Et pour le support prise en charge phyto/micronutritionnelle de l’hypothyroïdie, thyroïdite d’ Hashimoto incluse, c’est ici qu’il faut cliquer! 

Sur ce, je vous dis à très vite!

Véronique

Laisser un commentaire