Cystites à répétition, que faire?

Cystites à répétition, on règle ça comment?

C’est suite à un échange mail avec une jeune femme sophrologue souffrant de cystites à répétition que j’ai décidé d’écrire un article expliquant les mécanismes de cette invasion bactérienne ainsi que la stratégie thérapeutique anti-cystites à répéttion que je propose en consultation.

Je vous livre ci-dessous l’intégralité de l’échange avec cette jeune femme sophrologue:

« Bonjour Véronique. Je souffre régulièrement de cystites à répétition, environ tous les 3 à 4 mois. Je ne comprends pas. Pourriez-vous m’expliquer ? (Je suis très intéressée par la compréhension des mécanismes. J’aimerais devenir naturopathe ;-)). Que me conseillez-vous? »

Cystites à répétition, d’où ça vient ?

Ma réponse à cette jeune femme sophrologue souffrant de cystites à répétitions fut :

Pour commencer, la cystite (à répétition ou pas) est trouble urinaire bénin dû à une inflammation et une infection de la vessie provoquées par la prolifération anormale d’agents infectieux.

Les agents infectieux incriminés sont généralement : Proteus mirabilis, Klebsiella, parfoisStaphylococcus saprophyticus, et Escherichia coli ou E. coli (75 à 90% de récidive);

Le mécanisme de l’infection à l’E. coli (le responsable majeur) se passe ainsi:

En 1ère étape, il y a adhérence des bactéries dans l’urètre. Puis une migration de ces bactéries dans la vessie d’où :

  • une multiplication bactérienne
  • une colonisation du tractus urinaire avec la constitution par les bactéries d’un BIOFILM de moins en moins accessible aux antibiotiques. En fait, ces bactéries développent des prolongements de nature protéique : FIMBRIAE ou ADHESINES, spécifiques, qui se fixent sur des récepteurs endothéliaux spécifiques (ceux du D-mannose ou Polysaccharidiques)
  • Motilité et pouvoir de colonisation de ces prolongements qui ont ainsi la capacité d’adhérer aux cellules épithéliales (= paroi) du tractus urinaire

Cette invasion microbienne est favorisée chez… ou par :

  • Les sujets féminins, dû à l’urètre court
  • L’hypo-œstrogénie (ménopause,…)
  • La présence d’un résidu post mictionnel
  • La grossesse
  • Le diabète
  • Le déficit immunitaire
  • Un obstacle sur les voies excrétrices
  • Les infections gynécologiques (dont la candidose vaginale)
  • Une mauvaise hygiène périnéale
  • Les rapports sexuels
  • L’hydratation insuffisante
  • Les mictions peu nombreuses
  • La paraplégie avec sondages urinaires répétés

Les récidives se font à partir des intestins, et sont favorisées par la dysbiose vaginale. (Il peut aussi avoir un rôle de foyers bactériens intracellulaires).

Au niveau clinique, la cystite occasionne :

  • des mictions douloureuses ou difficiles
  • des besoins d’uriner fréquents
  • des picotements et des brûlures
  • des urines troubles et malodorantes

10 à 20 % des femmes sont touchées par cette infection ; 20% de ces femmes auront une 2ème infection ; 6% auront une 3ème infection..

Approche thérapeutique des cystites à répétition..

La suite de ma réponse fut: Lors d’une cystite, le traitement conventionnel (médical) est la prise d’antibiotiques (traitement monodose ou de 3 jours)

Le traitement complémentaire ou alternatif proposé par les experts des approches non conventionnelles (naturopathes entre autre) est généralement composé de plantes (dont aromathérapie) et de souches probiotiques spécifiques

Ce traitement à base de plants et probiotiques doit toujours être accompagné d’un gros travail sur la santé digestive (dont celle du microbiote).

D’un travail aussi sur l’hygiène de vie et sur l’équilibre nerveux et émotionnel.

Il faut aussi voir du côté des autres facteurs pouvant avoir favorisé le problème (hypo-œstrogènie, manque d’hygiène intime, trop d’hygiène intime, manque d’hydratation, déficit immunitaire…Voir la liste plus haut), et mettre en place des plans d’action en fonction de la problématique décelée.

Ce travail de fond mis en place, on s’attaque aux symptômes..

Cystite à répétitions, on fait quoi en phyto ?

La cannelle associée à la canneberge est très efficace. Associer ces 2 plantes en certaines proportions présentent un effet synergique sur l’inhibition de l’adhésion d’E. coli (un labo réputé propose des produits composés de 83% cannelle + 17% canneberge).

Avec le mélange de ces 2 plantes, on passerait de 29 à 83 % d’Inhibition de la fixation d’E. coli sur la paroi de la vessie.

Propriétés :

  • Canneberge : antiadhésive bactérienne (urinaire, digestive), protecteur vasculaire
  • Cannelle : antibactérienne et antifongique, anti-inflammatoire

Précautions d’emploi :

Canneberge :

  • Chez les personnes avec hyperuricémie ou antécédents de lithiase urique (l’acidification des urines par la canneberge pourrait faciliter l’apparition de calculs rénaux)
  • Chez les diabétiques, en raison de la présence des sucres du fruit

Cannelle

  • Personnes allergiques à la cannelle
  • Femmes enceintes

En parallèle, il faut prendre une souche de probiotiques spécifique: Lactobacillus helveticus.

A la place de l’association de plantes citées juste au-dessus, on peut aussi prendre un mélange d’extraits de plantes fraîches standardisés (EPS)  de piloselle et de canneberge (50% de chaque dans la préparation) et ce durant 3 mois.

Pour une action plus forte, on peut alterner cette formule une semaine sur 2 avec une formule EPS de busserole (antiinflammatoire; pas chez femme enceinte ou en cas d’insuffisance rénale) et d’echinacée (immunostimulante; pas en cas de pathologie auto-immune). On traite alors durant 1 à 3 mois avant de passer au schéma simple précédent.

Dans les formes sévères, on peut rajouter une prise pendant 3 mois d’un complément d’huiles essentielles de giroflier, de cannelle, d’origan et de carotte sur support d’huile végétale (attention aux contre-indications)

Voilà, je ne vous livre pas la fin de l’échange avec cette jeune femme sophrologue . Il ne vous apprendra rien de plus. Sachez seulement que cette personne est maintenant débarrassée de ses cystites à répétition ;-)

Véronique

N’hésitez pas à vous exprimer. La partie commentaires vous attend plus bas. Et si vous avez aimé cet article sur l’approche thérapeutique des cystites à répétition, je vous invite à le partager avec votre communauté Facebook, Twitter, etc., et bien sur avec vos amis plus proche..

Partagez auprès de vos amis

10 commentaires

  1. kristine jouaux 28 février 2018
  2. Marcin 6 mars 2018
  3. Catherine 21 mai 2019
  4. Christina Candela 30 octobre 2019
    • Véronique Duivon 31 octobre 2019
      • christelle DREUX 11 décembre 2019

Laisser un commentaire